LES ADIEUX DU PINGOUIN


“Le Pingouin a fermé définitivement ses portes le 30 juin 2019 ”


 

Chères clientes, chers clients,

Votre restaurant, Le Pingouin, fermera définitivement ses portes à la fin de ce mois de juin. Cela fait maintenant seize ans que nous avons le plaisir de vous accueillir à nos tables. Mais aujourd’hui, l’âge du capitaine – Monsieur Baudère – et celui de la pilote – moi-même – nous font signe qu’il est temps de rentrer au port. Le navire reprendra cependant du service, racheté par une société qui y développera une crêperie.

Le Pingouin avait ouvert ses portes en mai 2003, devançant sur les Grand-Places la salle Équilibre, les cinémas et le complexe de Fribourg-Centre. Notre restaurant innovait dans notre ville en proposant un grill au charbon de bois. Quant à son nom, il a souvent fait l’objet de questions : pourquoi Le Pingouin ? N’y a-t-il pas erreur sur la personne, puisque votre logo représente plutôt un manchot empereur ? Le choix de cet oiseau comme enseigne tient au goût de notre capitaine à la fois pour l’Antarctique, où il s’est rendu à plusieurs reprises, et pour la photographie, qu’il pratique depuis toujours. Et il est vrai qu’il s’agit bien d’un manchot empereur mais, dans le langage courant, le mot pingouin l’englobe souvent ; et puis seriez-vous venus aussi volontiers manger au Manchot Empereur ? Nous dirons donc, pour faire bref, que notre manchot a tout simplement perdu le nord !

Tout au long de ces années, nous avons eu le plaisir d’accueillir toute sorte de clients, du bébé auquel il fallait apporter une chaise ad hoc, à Monsieur Corpataux, aujourd’hui âgé de 95 ans ; des quatre habitués du mercredi après-midi venus taper le carton, au regretté professeur Gaudard, longtemps notre hôte régulier, fidèle à « sa table ». Et tant d’autres, familles, couples, amis, solitaires, qui venaient savourer à nos tables un moment de convivialité ou de tranquillité.

Durant ces seize années, nous avons servi des milliers de plats et de boissons. Cela a commencé le 12 mai 2003, à 9h38, avec la première commande d’un café à 3,20 francs ! Quant aux plats, notre hit a toujours été le « tartare sous forme de pingouin », que nous avons servi 13’703 fois, et dont la popularité n’a jamais faibli. Une curiosité culinaire : parmi les différentes sauces proposées pour accompagner nos viandes, deux se disputaient la première place : dans les premières années, c’est la sauce au poivre qui avait le dessus, avant d’être définitivement reléguée au second rang par la sauce aux morilles ! Ce sont là de ces mystères liés au goût des clients, à son évolution, à ses sautes d’humeur, et qui ont toujours déjoué toutes nos prévisions !

Nos cuisiniers se sont souvent surpassés pour vous offrir des « quinzaines » originales et variées, au fil des saisons et autour du monde. Ainsi avons-nous connu des quinzaines de poissons, asperges, moules, pâtes, chasse, à côté des quinzaines cajun, argentine (bœuf), américaine (hamburger), sans oublier celles où nous proposions des viandes plus exotiques, comme le bison, le kangourou, le crocodile ou le springbok.

Si un peu de statistique ne vous effraie pas, voici deux chiffres qui vous donneront une idée de notre activité au cours de ces seize années : nous avons servi 72’211 menus du jour, et nous avons reçu à nos tables, midi et soir, plus de 355’000 clients, soit environ 10 fois la population de la ville de Fribourg !

Mais bien sûr, rien de tout cela n’aurait été possible sans le travail et le dévouement de notre personnel, qui a œuvré pendant 4’356 jours. Notre politique d’engagement a toujours été très ouverte et nous avons été heureux de collaborer avec des employés venant de presque tous les continents. Ainsi se sont côtoyées dans notre restaurant et dans sa cuisine des personnes dont les pays d’origine étaient : l’Albanie, l’Allemagne, le Brésil, le Burkina Faso, le Chili, la Croatie, l’Érythrée, l’Espagne, la France, Haïti, l’Irak, l’Iran, la Macédoine, le Nicaragua, les Pays-Bas, le Portugal, la Russie, le Sénégal, la Serbie, le Sri Lanka, le Tibet, la Turquie, l’Ukraine, le Vietnam, et j’en oublie certainement… Les grandes religions étaient également représentées – catholique, protestante, musulmane, juive, orthodoxe, bouddhiste, et toutes les couleurs de l’arc-en-ciel… Cette bigarrure de provenances et de croyances n’a jamais empêché la plus belle harmonie de régner dans nos rangs. À toutes et à tous, j’aimerais aujourd’hui adresser mes plus chaleureux remerciements.

Au moment de vous quitter, chères clientes, chers clients, je tiens à vous dire le plaisir que nous avons eu à vous rencontrer et à vous servir tout au long de ces années. Il y avait les habitués d’un jour de la semaine, ou de tous les jours, quelques-uns attachés à une table, toujours la même ; il y avait les clients plus occasionnels, disparaissant et réapparaissant au gré d’on ne sait quel vent ; il y avait les oiseaux de passage, qui faisaient trois petits tours avant de s’en aller, et qu’on ne revoyait plus. À toutes et à tous, je tiens à vous dire merci de nous avoir accompagnés durant ce long voyage.

Lorsque vous parcouriez mes menus hebdomadaires, vous avez sans doute remarqué mon goût pour les citations, qui jettent un rayon de lumière ou un trait d’humour dans nos vies. Je ne veux donc pas vous quitter sans une dernière pensée, que j’ai trouvée chez le grand William Faulkner : « La sagesse suprême est d’avoir des rêves assez grands pour ne pas les perdre du regard quand on les poursuit. » Piloter notre restaurant a été pour moi un grand rêve et j’espère ne l’avoir jamais perdu de vue au cours de ces seize années. Il est temps pour moi maintenant de me lancer à la poursuite d’autres rêves…

Catherine Delley

Avec l’aide de : Alo, Benoît, Daniel, Lendita, Lorena,

Namgyal, Ofélie, Pierre, Sasha, Solomon, Yodit, Zara.


 

CONTACT encore valable

Bureau: avenue de la Gare 4/cASE POSTALE 215, 1701 FRIBOURG

tél: +41(0)26 322 00 00 fax +41(0)26 322 38 10

e-mail: [email protected]